Sourcing et distribution de
matières premières

Programme de replantation de girofliers à Madagascar

La filière girofle occupe une place importante dans l’économie malgache et dans la sécurité alimentaire des ménages (environ 30 000 producteurs) de la côte Est du Pays et plus spécifiquement la région de Fénérive Est. L’augmentation régulière de la demande mondiale en clous et en essence dans un contexte d’absence d’appui à la production (les bailleurs de fonds s’étant désengagés de ­Madagascar depuis 2009) ne permet pas de garantir la pérennité de cette filière et le maintien de Madagascar à la place qu’elle occupe actuellement parmi les principaux pays exportateurs de ces produits.

La société Quimdis est impliquée depuis plus d’un demi-siècle dans la commercialisation des huiles essentielles de girofle pour lesquelles elle est un des plus importants opérateurs. La dégradation de la production et l’augmentation de la demande inquiètent depuis plusieurs années Quimdis, soucieux de garantir un approvisionnement régulier à ses clients. Dans ce contexte, Quimdis s’est engagé en 2014 dans une démarche responsable en se rapprochant des producteurs malgaches au travers du CTHT – Centre Technique Horticole de Tamatave – pour mettre en place un programme de replantation de 5 000 plants par an sur 5 ans.

Démarré en 2015, le programme est aujourd’hui achevé : 25.000 girofliers ont été distribués à 543 agriculteurs et plantés autour de Mahavona, Antetezampafana et Ambodimandresy, 3 villages situés à 110 km au nord de Toamasina, dans la commune rurale d’Ambodimanga II, district de Fenerive Est, couvrant 63 hectares et bénéficiant à plus de 2.000 personnes.

Les agriculteurs sont désormais autonomes avec leur propre pépinière et sont responsables du bon entretien et du développement de leur plantation. Ils ont également un accès direct aux exportateurs pour leurs clous de girofle et leur huile.

Pour les soutenir, Quimdis a fourni à ces villages deux alambics plus performants, de même capacité que les traditionnels, mais réduisant de moitié le temps de distillation et par conséquent la consommation de bois également de moitié. L’objectif était de leur démontrer l’intérêt de changer leurs anciens alambics afin de réduire leurs coûts de production tout en augmentant le rendement de l’huile.

Durant ces années, parallèlement à ce programme, Quimdis a équipé les villages de fontaines d’eau potable, ce qui a permis d’améliorer la santé de la population et augmenté le nombre de personnes venant de l’extérieur pour y vivre. Quimdis a également fourni du mobilier et du matériel scolaire tout en soutenant l’équipe de football locale avec divers équipements.

Depuis 2020, Quimdis a lancé un deuxième programme de plantation de bois de chauffage qui sera disponible d’ici 2 ans, en même temps que la maturité des premiers arbres plantés en 2015. D’ici là, les agriculteurs n’auront plus besoin d’utiliser du bois sauvage, ce que la législation locale exige désormais…